εpsilon

A collaborative digital framework for nineteenth-century letters of science

New Search | Browse All

From Sylvestre LacroixPierre-Simon Laplace   19 janvier 1803

[14] Paris le 29 nivôse, l'an II de la République française [19 janvier 1803]

L'un des secrétaires de la Classe des Sciences mathématiques et physiques, au Citoyen Ampère : La Classe a reçu, Citoyen, l'ouvrage que vous avez bien voulu lui adresser sous ce titre : Considérations sur la théorie mathématique du jeu *. Elle me charge de vous remercier de l'envoi de cet ouvrage, qu'elle a fait déposer dans la Bibliothèque de l'Institut. Je vous salue, LACROIX. La Classe m'ayant chargé d'examiner l'ouvrage dont il s'agit, j'ai reconnu de l'élégance dans plusieurs des résultats. Mais il m'a paru que l'autheur [auteur] se se [se] trompe dans la limite qu'il assigne à la somme de la série qui donne la solution du premier problème et que l'autheur [auteur] trouve égale à l'unité. Cela n'a lieu que dans le cas où q est moindre que I ; s'il est plus grand que l'unité, cette limite est I q m. LAPLACE.

[15]Au Citoyen Ampère professeur de physique à l'École centrale du département de l'Ain à Bourg.

Please cite as “L200,” εpsilon: The André-Marie Ampère Collection accessed on 28 May 2020, https://epsilon.ac.uk/view/ampere/letters/L200