εpsilon

A collaborative digital framework for nineteenth-century letters of science

New Search | Browse All

From Julie Carron-Ampère (1ère femme d'Ampère)   1er mars 1803

[292]Du Mardi soir [1er mars 1803]

Mon bon ami, toujours de même, c'est ma phrase éternelle que je voudrais bien pouvoir changer ; mais ma jambe me fait toujours souffrir et n'a pas du tout de force [ illeg] [293] [ illeg] Dis-moi bien ce que tu sais de la fermeture des écoles [ illeg] Que cette petite lettre ne t'inquiète pas ! Pense que j'ai déjà écrit ce matin à Poleymieux !

A monsieur Ampère, professeur de physique à l'école centrale à Bourg

Please cite as “L224,” εpsilon: The André-Marie Ampère Collection accessed on 31 May 2020, https://epsilon.ac.uk/view/ampere/letters/L224