From Jeanne-Antoinette Ampère (mère d'Ampère)   8 septembre 1806

[106] Le 8 [septembre 1806]

[illeg] Nous reçûmes jeudi le 4 septembre la lettre où tu me parles de M. Dorlit, où il n'y avait pas un mot de ma fille. Ta sœur chercha une raison de ce silence ; elle prétendit que vous arriviez pour nous surprendre ; cette idée nous fit un plaisir que tu peux t'imaginer [illeg] Tous les châteaux en Espagne se sont évanouis par la lettre du 1er septembre [illeg] [107] [illeg] Oui, ma chère fille, vous avez fait et faites le bonheur de mon fils. Combien je dois vous aimer ! Que je serais heureuse si les idées de votre sœur se réalisent et que je puisse vous voir et vous témoigner toute ma tendresse [illeg] Tu ne me laisseras pas, mon cher ami, dans l'inquiétude de savoir ta chère Jenny malade [illeg]

[108]A monsieur Ampère, rue du Faubourg Poissonière n°30 à Paris

Please cite as “L297,” in Ɛpsilon: The André-Marie Ampère Collection accessed on 2 July 2022, https://epsilon.ac.uk/view/ampere/letters/L297