εpsilon

A collaborative digital framework for nineteenth-century letters of science

New Search | Browse All

From Jean-Jacques Ampère (fils d'Ampère)   26 juin 1816

[1] Paris du Vendredi soir [26 juin 1816]

Mon cher papa [ illeg] [2] [ illeg] j'ai la meilleure envie du monde que tu me persuades ; mais, si tu ne me persuades pas, je te le dirai. Je suis retourné l'autre jour chez M. Clément plein d'ardeur pour la chimie manufacturière ; mais il y a, dans les paroles de cet homme, quelque chose qui désenchante toutes les illusions. [ illeg] Il m'a beaucoup engagé à charpenter et à raboter, me disant que c'était le principal dans sa partie. Je ne le sens que trop. Il m'a dit que j'allais oublier tout ce que j'avais appris en littérature pour m'occuper de choses utiles. [ illeg] Un instant après,[3] il m'a dit que l'on oubliait tout ce qu'on apprenait à l'école Polytechnique dès qu'on en était sorti. Je te demande si je puis entendre toutes ces paroles-là sans être découragé [ illeg]

A monsieur le proviseur du Collège royal de Bordeaux pour remettre s'il lui plaît à M. Ampère inspecteur de l'Université à son passage dans cette ville, Bordeaux

Please cite as “L532,” εpsilon: The André-Marie Ampère Collection accessed on 25 October 2020, https://epsilon.ac.uk/view/ampere/letters/L532