εpsilon

A collaborative digital framework for nineteenth-century letters of science

New Search | Browse All

To Julie Carron-Ampère (1ère femme d'Ampère)   1801

[1570] Lyon Mardi [Printemps 1801]

Je t'ai promis des nouvelles, ma bonne amie, et je n'en ai que de mauvaises à te donner. Mlle Sarcey te les aura apprises avant qu'elle te remette ma lettre. Tu sais bien si j'en ai été affecté, tu le seras de même. Tous ceux que tu aimes le sont également ; j'en ai vus une partie ce matin ; quoique tristes, ils se portent parfaitement bien, ta sœur particulièrement, ta tatan, Mlle Périsse. J'ai vu chez elles les demoiselles Allard dont la mère est en bonne santé ; j'ai remis les lettres de ta maman et d'élise. Ma pauvre[1571] bonne amie, songe que, si tu te faisais trop de mauvais sang, tu te rendrais malade ainsi que ton petit et que je souffrirais pour trois. J'ai bien assez de chagrin pour moi-même, car cet événement m'a trouvé encore plus sensible que je ne croyais. Donne-moi de tes nouvelles dès que tu pourras; dis-moi qu'en t'annonçant ce malheur, je n'ai pas contribué à altérer ta santé, ni celle de mon petit. Ménage-toi, pour toi, pour lui, et pour moi, si je vaux la peine que tu me comptes aussi.

Je t'écrirai demain, ma bonne amie, plus au long ; car Toinon [1572] attend avec impatience que j'aie fini. En m'ôtant le plaisir de m'entretenir avec toi, elle me prive du seul que je puisse goûter aujourd'hui. Je crois avoir laissé mon mouchoir de poche à Saint-Germain ; s'il n'est pas chez ta maman ou chez Mme Sarcey, il est à craindre que je ne l'aie perdu dans la promenade d'hier. Dis à ta sœur et à ta maman tout ce que mon cœur te dit pour elles ! Le tien le devinera aisément.

Adieu, ma Julie, mon épouse, mon[1573] amie, ma bienfaitrice, la mère et la nourrice de mon enfant ! J'aime à répéter tous tes titres à ma reconnaissance. Adieu, je t'embrasse mille fois aussi tendrement que je t'aime et mon amour, tu le sais, égale autant qu'il est possible ta bonté et tes bienfaits pour moi. Adieu ma bonne amie. A. AMPÈRE

A Madame Ampère la jeune, à S[ain]t-Germain.

Please cite as “L54,” εpsilon: The André-Marie Ampère Collection accessed on 21 October 2020, https://epsilon.ac.uk/view/ampere/letters/L54