εpsilon

A collaborative digital framework for nineteenth-century letters of science

New Search | Browse All

To Jean-Jacques Ampère (fils d'Ampère)   26 janvier 1824

[564]26 janv[ie]r 1824

Cher ami, que je me repens de ne t'avoir pas écrit plus tôt, depuis que j'ai reçu ta dernière qui m'est arrivée le 21 ! Il y a trois jours que j'ai vu Talma qui m'a dit qu'il pensait pouvoir se charger du rôle d'Alboin, ce qui était précisément l'objet de tous mes vœux et de la visite que je lui faisais. Il s'est mis à causer avec moi comme devant en effet le jouer. Je lui ai offert de lui remettre une nouvelle copie que j'ai fait faire à Chouly ; mais il m'a dit que, pour le moment, il n'avait pas le temps, mais que, dès que tu serais de retour, il s'occuperait avec toi de tout ce qui était relatif à ta pièce *. Il parle de toi comme d'une espérance de la scène française, dont elle attend beaucoup de lustre. Il m'a dit qu'il y avait des auteurs qui faisaient de bonnes pièces à force de travail sans être nés poètes, mais que tu l'étais et que tu étais inspiré par une verve et un talent naturels. Il a joint à cela l'éloge complet de ton style, chose sur[565] laquelle ils sont tous d'accord. Il a reparlé de la nécessité de préparer les scènes et les événements. Il trouve que tes dernières corrections sont très bien et remplissent en grande partie cette condition, à laquelle il attache tant d'importance.

C'est donc à, ton retour que tu arrangeras tout avec Talma pour obtenir un tour de faveur, pour distribuer les rôles, etc. M. Andrieux, que j'ai vu l'autre jour, m'a chargé de tant de choses pour toi que je ne peux me les rappeler, mais tu y suppléeras ; c'est aussi là un de tes admirateurs. Que diront-ils de la Juive quand elle sera faite. Quand m'en enverras-tu quelque chose ? Mais surtout quand seras-tu de retour ? Je n'ai jamais été si malheureux que je suis, si accablé d'ennuis et surchargé de travail. Je n'ai plus de consolation et, sans le plaisir inexplicable que j'éprouve à regarder mon jardin depuis que j'y ai pratiqué de nouveaux sentiers, je ne sais pas ce que je serais devenu. Encore ce plaisir est bien empoisonné par l'idée des journées que j'ai dépensées pour lui donner cette nouvelle forme.

Je n'ai rien acheté ; tout était là, ou m'a été donné gratis ; mais enfin j'ai[566] dépensé plus que je ne croyais en journées, et ensuite m'est survenu une catastrophe bien inattendue, que je dois d'abord te raconter.

Quand je faisais des tournées, je prenais avant de partir une somme à l'Université ; au retour, on faisait le compte des postes à 10 francs par poste et des jours de séjour à 12 francs par jour. A toutes les autres tournées, il y avait un surplus dont on me tenait compte. Il y a dix-huit mois que j'en avais fait une, pour laquelle j'avais reçu d'avance 2000 francs dont une partie y fut dépensée et le reste fut employé au voyage de Genève, où je convertis à ma théorie électro-dynamique les physiciens de ce pays. A mon retour, j'oubliai de faire régler mon compte ; on a voulu mettre tout en règle au commencement de cette année et j'ai reçu une lettre de l'Université où l'on m'a demandé mon compte des postes et des jours de séjour de ma tournée en 1822. J'ai fait mon compte et, au lieu d'avoir un supplément à réclamer, il s'est trouvé que j'avais reçu 352 francs[567] de plus qu'on ne me devait d'après mon propre compte. Je finirai ce récit à la page suivante parce que je cède un moment la plume au pauvre chat.

Mon cher frère

, j'ai été bien contente, lorsque papa m'a dit qu'il y avait dans sa lettre une petite lettre pour moi. Je te remercie bien de la bonne année que tu me souhaites ; je te la souhaite enfin de tout mon cœur, pour que tu te portes bien et que tu t'amuses bien. Ma tante et ma cousine ont été bien sensibles aux souhaits que tu formes pour elles. Elles en forment de bien sincères pour toi et elles t'embrassent de tout leur cœur. Lorsque tu reviendras, tu ne pourras pas reconnaître le jardin, tant il est changé ; mais tu le trouveras sûrement bien joli. La promenade est augmentée, il y a beaucoup de petits sentiers qui n'y étaient pas. Nous pensons à ton retour avec bien du plaisir, nous aurons bien du plaisir à t'embrasser. Adieu, mon cher frère, je t'embrasse de tout mon cœur et suis avec amitié Ta sœur ALBINE A.

[hand: André-Marie Ampère] [568] Je reprends le récit de ma mésaventure. Là-dessus arrive une lettre de l'Université qui m'invite à verser cette somme à sa caisse. Je ne sais ce que je serais devenu si je ne m'étais trouvé avoir encore dans les mains presque tout ton argent, savoir : Reçu de M. Marchoux ...........................140 fr De M. Fresnel......................................175 Du locataire du rez-de-chaussée..................40 Total................................................355 sur lesquels j'avais payé : Au bottier............................................ 51, 50 A ma sœur pour la chambre du 4e...............15 Total .................................................66,50

Il me restait dans les mains 288 fr. 50, dont tu destinais 100 francs à mon cousin 1. J'allais t'envoyer une lettre de change, comme tu me le dis dans une précédente lettre, d'environ 200 francs, quand cette lettre est venue de l'Université. J'ai donné tout ce qui me restait, et j'ai été obligé d'emprunter 50 francs à Fresnel pour faire aller le ménage, qui est du reste d'une stricte économie depuis le départ de mon cousin.

Je me trouve ainsi forcé de ne t'envoyer de l'argent que sur mon mois[569] de février que je recevrai les premiers jours de mars ; car ma sœur, n'ayant pas reçu grand'chose des mois de novembre et de décembre, tant à cause de ces malheureuses journées d'ouvriers que d'un compte dû à M. Pixii pour des instruments depuis près d'un an, et de l'époque du jour de l'an, s'est endettée dans la maison envers Mme Guillemard, de sorte qu'elle demande comme nécessaire le mois de janvier que je recevrai bientôt, promettant de me mettre ensuite au courant.

Je ne savais quel parti prendre quand j'ai reçu la lettre où tu me dis que Morel t'a envoyé de l'argent. Je suis un peu moins tourmenté depuis que je sais cela, espérant que tu pourras ainsi attendre le mois de mars, où tu recevras les 200 francs. Il faut que je t'explique les 15 francs donnés à ta sœur. C'est au lieu de 25 francs que tu lui aurais dus pour la petite chambre du quatrième pendant les derniers trois mois. On l'a louée à quelqu'un qui a donné 10 francs[570]pour emménager trois semaines avant la fin de ton dernier trimestre ; par là, au lieu de 25 francs, tu en as été quitte moyennant 15 francs.

Voilà des détails bien ennuyeux. Rien d'ailleurs de nouveau que les tracasseries de l'Institut. M. Hachette avait été nommé. Je crois que M. Navier aurait dû l'être sous le rapport des titres scientifiques ; mais ce n'est pas pour cela que sa nomination a été rejetée. M. Navier a été nommé aujourd'hui. C'est un homme qui a fait de bonnes choses en mécanique et qui ne s'occupe que de cela. Mais toutes ces circonstances m'ont à peu près brouillé avec M. Hachettequi m'avait offert de faire passer mes lettres et livres en Angleterre relativement à mes travaux sur l'électricité. J'ai, néanmoins, beaucoup de crainte que ceux dont il s'était chargé ne soient pas parvenus ; car je n'ai point eu de réponse des Académies d'Édimbourg et de Cambridge, auxquelles j'avais, par son moyen, adressé mes ouvrages.

L'espoir qu'on montera la représentation de ta tragédie dès que tu seras de[571] retour, que Talma y jouera et que le succès sera comme celui de l'école des vieillards, qui fait toujours foule, me console de ces désagréments et de l'inquiétude relative à mon cousin qui ne m'a plus donné signe de vie. Je sais seulement qu'il est toujours dans le même hôtel garni.

Voici une lettre de Ballanche que j'ai reçue du sous-préfet de Provins, ce bon Dupré qui est toujours le même ; il m'a aussi écrit et je n'ai pas encore pu lui répondre. Nous t'embrassons tous bien tendrement. Embrasse pour moi Ballanche et Dugas. Tu sais si ton père t'aime. A. Ampère

A monsieur J-J Ampère Bureau restant à Rome, état ecclésiastique

Footnotes

(2) Le cousin Sarcey de Sutières (voir A. 381).

Please cite as “L651,”εpsilon: The André-Marie Ampère Collection accessed on 14 November 2019, https://epsilon.ac.uk/view/ampere/letters/L651