εpsilon

A collaborative digital framework for nineteenth-century letters of science

New Search | Browse All

From Claude-Julien Bredin   19 juillet 1824

[140] Lyon 19 juillet 1824, lundi

[ illeg] Je me réjouis de la tournure inattendue que prend ton affaire du professorat de physique (2). Ne manque pas de m'informer sans retard du résultat définitif, afin que ma joie devienne complète ! Je croyais tout perdu sans retour.

Il y a des choses bien douloureuses[141] dans ta lettre. D'abord le pénible combat où tu te trouves de nouveau engagé : ce combat entre ton imagination, ton cœur et ta raison ! [ illeg] Mais, mon cher ami, il était inévitable que cela se renouvelle dans ton intérieur ; tu ne pouvais rester dans l'état d'incertitude où tu étais. Je résiste à la tentation de te dire mille choses que j'ai sur le cœur. Je m'abstiendrai de toute réflexion. Je me borne à faire des vœux pour que cette crise se termine par quelque chose de fixe et de stable. Je prie Dieu qu'il fonde ton édifice spirituel sur le roc inébranlable de la foi, de la foi en Jésus-Christ. Pourquoi ton édifice a-t-il toujours été renversé jusqu'à cette heure ? C'est que tu l'avais établi sur les croyances que partout certains hommes substituent à la foi. Ces croyances, ces formes, ces histoires, ces discussions dont je t'ai entretenu, au sujet desquelles je t'ai écrit de trop volumineuses lettres il y a six ou dix ans, sont plus ou moins bonnes. Elles peuvent servir de voie pour s'approcher de la vérité ; mais elles ne sont pas la vérité ; elles ne sont pas la lumière de vie ; elles ne sont pas Jésus-Christ [ illeg] [142] [ illeg] Mais je me remets, sans m'en apercevoir, à te répéter ce que je t'écrivais lors de[166] ta dernière crise [ illeg] [167] [ illeg] Tu es donc menacé de perdre Maine Biran [Maine de Biran] ! [ illeg] [168] [ illeg] Et ton fils et Ballanche sont toujours à Rome ! [169] [ illeg] [170] [ illeg] [171] [ illeg] [172] [ illeg] [173] [ illeg] Tâche d'obtenir de Montbel qu'il te lise quelques-uns de ses souvenirs de Rome et de Naples : surtout ses impressions du Colisée ! C'est le cœur qui a écrit.

Adieu cher ami, prie pour nous, C-J B

Ampère

Please cite as “L667,”εpsilon: The André-Marie Ampère Collection accessed on 23 September 2019, https://epsilon.ac.uk/view/ampere/letters/L667