εpsilon

A collaborative digital framework for nineteenth-century letters of science

New Search | Browse All

From Jean-Jacques Ampère (fils d'Ampère)   9 septembre 1826

[120] 9 septembre 1826

[ illeg] Je suis bien triste de te voir si malheureux. Ne pourrais-tu donc jouir de cette gloire qui, quoique tu en dises, va jusqu'à Lisbonne, de ces découvertes que tout confirme, parce que des châteaux en Espagne d'un avenir bien incertain ne se réaliseraient pas ? Je te demande instamment de ne rien dire qui puisse[121] laisser soupçonner que nous avons eu ensemble une certaine conversation. Je voudrais que tu pusses l'oublier, au moins pour longtemps. Laissons ce rêve ! [ illeg]

[122]A monsieur Ampère, rue des fossés S[ain]t Victor n°19 à Paris

Please cite as “L700,” εpsilon: The André-Marie Ampère Collection accessed on 25 October 2020, https://epsilon.ac.uk/view/ampere/letters/L700