From Jeanne-Antoinette Ampère (mère d'Ampère)   s.d.

s.d.

Ne crois pas, mon bon ami , que [ce] soient des conseils que je veuille te donner . Je suis aussi indécise que toi . Je voudrais te voir heureux et tranquille , c'est tout ce que je désire. Je vais te dire ce que mes réflexions me font craindre dans tous tes projets . Prendre un commerce seul , sans expérience , confiant comme tu l'es , tu seras trompé , tu te ruineras. Pour avoir le profit seul , tu ne veux point d'associé  ; mais ne vaut-il pas mieux gagner mille écus que d'en perdre vingt  ? Tu risques la fortune de ton enfant , la tienne et qui sait  ? Prendre une pension où il faudra faire beaucoup d' avances sans être sûr d'avoir des élèves , c'est à peu près la même chose. Aller à Paris pour douze cents livres , tu ne pourras pas vivre. Si tu étais là , tu me fermerais la bouche en me disant avec humeur ; Maman , que veux- tu [378] donc que je fasse  ? Hélas , mon bon ami , je n'en sais rien. Je voudrais être assez riche pour te dire : Voyage, dissipe-toi  ! mais ce n'est pas, hélas. Il faut travailler et prendre si bien des dimensions que tu ne perdes pas le peu que tu as . Il vaut mieux ne pas l' augmenter que de tout perdre.

Tu as l'esprit si bouillant que, quand tu as une idée , tout est beau . C'est pour \cela / qu'il faut consulter , ne rien précipiter , ne pas faire comme tu fis au meilleur ami que tu aies , ne pas répondre ; C'est une bêtise, ça n'a pas de bon sens . Crois- tu , mon enfant , que ce sont des propos que l'on ne sente pas ! L'on finit par ne plus rien dire et l'on vous laisse faire des sottises . Je tâchai bien de raccommoder ton emportement en jetant cela sur ta triste situation. Il m'en parut plus touché que de tes propos. Est-il possible qu'un bon chrétien , un membre de Jésus-Christ qui doit tout souffrir , les peines , les chagrins , les ennuis avec patience , résignation et douceur  ! Il nous a montré l' exemple . Jette-toi au pied du crucifix et demande-lui avec résignation qu'il t'éclaire sur ce qu'il veut faire de toi  ! Je prierai de mon côté la mère de tous les chrétiens qu'elle intercède pour toi auprès de Dieu pour radoucir ton caractère, pour te rendre bon, doux et humain avec ceux que tu seras obligé de vivre. Hélas , mon enfant , tu dois sentir toi -même que, si tu te laisses aller à tes emportements , cela ne ferait qu' augmenter et tu te ferais horreur à toi -même. Tous les jours , le matin, promets à Dieu de devenir plus doux et patient et plus docile à sa volonté ! Tu as M. Brac, M. Périsse, M. Ballanche, M. Couppier qui t'est bien attaché . Consulte, demande , ne fais rien avec précipitation et prends garde à ne pas te laisser tromper, si le commerce vaut ce que l'on te dit, si tous ces beaux [379] discours ne sont pas pour se débarrasser d' une entreprise qui peut ruiner plutôt qu'enrichir. Je te le répète, je ne peux pas, dans une affaire comme celle- là , te donner des conseils , mais t'inviter à suivre ceux qui sont plus expérimentés que moi . Adieu , mon bon ami  ; aime autant ta bonne mère qu'elle t'aime ! Ménage ta santé pour elle, pour notre petit et pour ta sœur ! Nous avons tous besoin de toi . V[euv]e AMPÈRE.

À Monsieur Ampère à Lyon

Please cite as “L8,” in Ɛpsilon: The André-Marie Ampère Collection accessed on 30 November 2021, https://epsilon.ac.uk/view/ampere/letters/L8