εpsilon

A collaborative digital framework for nineteenth-century letters of science

New Search | Browse All

To Jean-Jacques Ampère (fils d'Ampère)   18 juin 1835

[439] Bazas Le 18 juin, jeudi soir [1835]

\M. Adrien de Gasparin est prié de regarder cette lettre comme lui étant écrite par son reconnaissant ami./ Mon bien cher fils, je profite pour t'écrire de ce qu'au lieu de faire en un jour les 18 demi-postes qu'il y a de Bordeaux à Mont-de-Marsan, M. Daburon a préféré, je crois, autant pour moi que pour lui, mettre deux jours à cette route : ce qui nous fait arrêter ici jusqu'à demain matin. C'est une petite ville à promenades très pittoresques du côté que nous prendrons demain pour entrer dans le département des Landes. Il y a une très belle église gothique, mais à ogives très surbaissées, dont l'extérieur au grand portail n'est presque qu'un demi-cercle. L'intérieur vaste, mais tout d'une pièce, ne fait point la croix.

Je continue à me porter à merveille et M. Daburon aussi. Le temps, d'abord chaud et ensuite froid et pluvieux, que nous avons eu à Bordeaux, m'avait un peu fait tousser ; mais cela n'a point tenu contre deux fumigations de cire : aujourd'hui, c'est un temps admirable et que tout annonce devoir être durable.

J'ai empêché qu'on ne fit, au Collège royal de Bordeaux, un cabinet de[440] physique dont les fenêtres auraient été au couchant. Le recteur, le proviseur et l'architecte ont arrêté qu'on le ferait dans un autre endroit ; il aura les fenêtres en plein midi, grand amphithéâtre, cabinet, laboratoire de chimie, et une quatrième pièce pour conserver les produits chimiques ; en un mot, aussi bien situé et aussi complet qu'il l'aurait été peu là où l'on voulait le faire.

J'ai définitivement arrêté à Bordeaux le tableau complet des sciences, sauf quelques noms qu'on pourra changer en conservant le même sens. Tu peux communiquer ce tableau à qui tu voudras, par exemple à l'excellent directeur de l'Athénée : celui que je t'envoie avec cette lettre. Si quelqu'un désire en garder une copie, je ne demande pas mieux ; mais, après avoir gardé celui-ci tant que tu voudras, si tu trouvais une occasion pour le faire passer à M. de Gasparin, qui pourrait le communiquer ultérieurement à Bredin, tu ferais une bien bonne action. J'en ai fait faire une copie à Bordeaux, qu'on m'a remise au moment de partir. Je la garde pour moi, jusqu'à Paris où tu[441] l'auras à mon arrivée. Elle porte, comme je l'avais d'abord écrit : Astrocinésie, là où je viens de mettre astroporiologie ; j'ai presque regret de ce changement ; ce mot est trop barbare.

Je te consulte, et là-dessus, et sur tous les autres mots dont j'espère que tu changeras heureusement plusieurs. Je te prie bien de m'écrire une petite liste de tes observations et surtout de tous les noms dont l'étymologie ne se présenterait pas tout de suite à toi ; enfin de ceux que tu trouveras ridicules. Surtout n'oublie pas que le deuxième point de vue, qui est propre aux sciences de deuxième ordre appelées analytiques, consiste à découvrir ce qui reste caché tant qu'on se borne à décrire, dans les sciences élémentaires, ce que les objets de nos études nous offrent immédiatement. C'est le propre de l'analyse en mathématiques et c'est ainsi que, sous les mouvements apparents des astres, sont cachés leurs mouvements réels ; que, dans les sensations, se trouve enveloppée la croyance à l'existence des corps et de notre âme, objet, de l'ontologie, sur lequel il y a tant à discuter ; dans les religions diverses, l'existence de Dieu, objet de la théodicée (religion naturelle) ; dans les actions humaines,[442] le sentiment de la liberté et le dictamen de la conscience, objet de la synésiologie, ou, comme j'ai mis, de la synésiodicée ; dans les traces qu'ont laissées les peuples qui ont habité les différentes parties de la terre, l'interprétation des monuments de tous genres, objet de la mnématique ; dans l'ordre social, le principe de l'autorité ou, comme dit Rousseau, de l'inégalité parmi les hommes, objet de la cyriarchologie ; dans les lois établies chez ces divers peuples, celui de la justice apodictique (dicéologie) ; dans leurs différentes langues, les lois de la grammaire générale ; dans les ouvrages de leurs poètes, orateurs, etc., tels que nous les avons, leur véritable sens, leur authenticité, les diverses variantes, objet de l'herméneutique ; enfin, dans les chefs des beaux-arts, que décrit la calistographie, se trouve enveloppé ce sentiment du beau (, ou ) qui est l'objet de la calliesthésie : mot que tu trouveras peut-être à changer en calléonomie comme j'avais mis d'abord. J'entends par hiérologie, l'histoire et les preuves de la révélation, les controverses, etc.

Joins précieusement cette lettre au tableau qu'elle ne doit point quitter ! Je t'aime et t'embrasse mille fois de toute mon âme. A. Ampère

Écris-moi à Toulouse, à quelle époque je pourrai t'écrire à Paris.

Please cite as “L818,” εpsilon: The André-Marie Ampère Collection accessed on 7 August 2020, https://epsilon.ac.uk/view/ampere/letters/L818