εpsilon

A collaborative digital framework for nineteenth-century letters of science

New Search | Browse All

To Ampère, Albine (fille d'Ampère, épouse Ride)   31 juillet 1835

[32] Tulle 31 juillet 1835

[ illeg] Je vois que tu as eu la satisfaction de passer plusieurs jours avec Mme Carron et élisa qui t'ont montré tant d'amitié qu'elles sont réconciliées avec tes mamans dont la colère contre elles était si peu justifiée, que Mme Potot a rempli tout ce qu'il fallait pour t'ôter une grande inquiétude, qu'enfin tu as un avocat qui suit l'affaire de M. Ride. 1 [ illeg] [33] [ illeg]il y a des formalités qui exigent le ministère d'un avoué, il serait bon peut-être de s'adresser à M. Labarthe qui a si bien mené dans le temps l'affaire de la séparation de biens. écris-moi à Limoges, [ illeg] à Guéret département de la Creuze, que tu m'écrirais [34] [ illeg]. Je suis enchanté que Rivail ait une librairie ; des amitiés de ma part à ce bon Henri. Mes respectueux hommages et mes humbles excuses à Son Altesse Sérénissime Mme Blanchette de ce que je m'acquitte si tard de mes devoirs. [ illeg]

[35]Madame Ride-Ampère, rue des fossés S[ain]t Victor n°19 à Paris

Footnotes

(1) Il s’agissait de le faire interdire.

Please cite as “L822,” εpsilon: The André-Marie Ampère Collection accessed on 22 October 2020, https://epsilon.ac.uk/view/ampere/letters/L822