εpsilon

A collaborative digital framework for nineteenth-century letters of science

New Search | Browse All

From Claude-Julien Bredin   20 mai 1824

[133] 20 mai 1824

[ illeg] Tu n'as point de temps, non plus moi [ illeg] Cependant deux mots pour me dire où en est ton être, ta vie, ton contentement.[134] Quant à moi, je n'ai rien à te dire. Tu sais bien que mon sort ne peut s'améliorer par aucun moyen naturel et il me semble impossible qu'il empire. A la volonté de Dieu !

Il ne peut empirer que sous le rapport pécuniaire ; aussi le fait-il [ illeg] Ballanche me dit que ton fils fait de si beaux vers 1. Quand tu viendras, tu m'apporteras son voyage, nous le lirons ensemble [ illeg]

Footnotes

(2) J.-J. Ampère avait écrit d'abord, avant son voyage d'Italie, en 1824, une tragédie intitulée Rosemonde. Il écrivit ensuite Rachel ou la Juive, puis renonça ouvertement au théâtre, tout en continuant, paraît-il, à écrire des pièces anonymes.

Please cite as “L926,”εpsilon: The André-Marie Ampère Collection accessed on 14 November 2019, https://epsilon.ac.uk/view/ampere/letters/L926